top of page
  • Photo du rédacteurExpédition Maya

Voyage au Guatemala : 4 raisons d’y aller

Périple au Guatemala : 4 raisons de s’y rendre


Comme une envie de voyager hors des circuits touristiques. La découverte d’une terre méconnue, encore préservée. Prendre la direction de l’Amérique centrale devient alors tout naturel. Coincé entre le Mexique, le Belize, le Salvador et le Honduras, le Guatemala se distingue par ses célèbres chicken bus, sa nature luxuriante et son oiseau rare, le quetzal, qui donne son nom à la monnaie locale. Pour ceux qui envisagent un voyage au Guatemala, voici quatre raisons d’y aller.


voyage-au-guatemala
Semuc Champey, Guatemala

Des sites archéologiques, pour une immersion historique de la destination


Impossible de visiter un pays d’Amérique centrale sans en découvrir le cœur battant : les sites archéologiques. Le Guatemala n’est pas la destination la plus courue de la région et pourtant, il regorge de temples mayas. Résultat : les vacanciers profitent de lieux d’exception en toute tranquillité.

Pour arpenter le plus célèbre d’entre eux, direction le nord pour rejoindre la région du Petén. Le parc national de Tikal. Ce somptueux site archéologique, témoin de la civilisation maya, se trouve perdu au beau milieu d’une jungle luxuriante. Comme point d’orgue de la visite, le temple du serpent à deux têtes offre une vue panoramique spectaculaire.

Autre vestige maya incontournable : El Mirador, situé dans la Réserve de biosphère Maya, à quelques kilomètres au sud de la frontière du Mexique. Il s’agit du plus grand site maya découvert à ce jour et il n’a que deux moyens d’accès : par hélicoptère ou par un trek de plusieurs jours. C’est également au cœur de cette cité que se cache le sommet de La Danta, connu pour être la plus haute pyramide du monde Maya, avec ses 72 mètres de haut.

Moins réputée, la cité de Iximché, dans le département de Chimaltenango. Situé entre les villes de Guatemala City et Quetzaltenango, ce site réunit pyramides, palais et autres temples impressionnants. Des cérémonies religieuses et autres rites sont toujours pratiqués au cœur de ces ruines.


Des panoramas diversifiés, pour une plongée au cœur de la nature


Lacs, volcans, forêts... La nature guatémaltèque se distingue par sa diversité. De la partie la plus septentrionale à la région centrale, en passant par les côtes pacifique et caribéenne, le pays de l’éternel printemps regorge de lieux naturels à sillonner.

L’Amérique centrale est célèbre pour ses volcans et le Guatemala fait honneur à la réputation du continent. Les plus sportifs se lancent à l’assaut du volcan Acatenango, lors d’un trek de deux jours. Depuis le camp de base, l’écoulement de lave et les régulières éruptions de son voisin, le volcan de Fuego, constituent un spectacle inoubliable. Le lendemain, la dernière ligne droite consiste à atteindre le sommet pour bénéficier d’un lever de soleil d’exception.

Cependant, il est également possible de profiter du panorama en gardant les deux pieds sur terre. Direction le lac Atitlán, qui a pour réputation d’être le plus beau lac du monde. Ici, les voyageurs sont littéralement encerclés par le paysage volcanique. Le mieux est de poser ses valises dans l’un des villages, bâtis tout autour, pour y passer quelques jours. San Juan La Laguna, Panajachel ou encore Santa Cruz… C’est au choix !

Après ce petit séjour détente, changement de décor. Cap sur Semuc Champey et ses piscines naturelles en plein cœur d’une forêt luxuriante, dans lesquelles la baignade est de rigueur. Le vert intense de la végétation se confond avec le bleu cristallin des eaux. Pour une vue imprenable sur le site, il faut grimper au haut du mirador. Cerise sur le gâteau : les les grottes de K’anba. On pénètre au cœur de cette grotte à la lumière d’une bougie, accompagné d’un guide. Claustrophobe s’abstenir !


voyage-au-guatemala
Marché au Guatemala

Une culture riche, pour un voyage au Guatemala intense


La culture guatémaltèque est extrêmement ancrée. Dès les premiers pas dans la rue, on distingue certains locaux habillés en tenue traditionnelle. C’est d’autant plus prégnant lors d’une visite au marché.

Durant un séjour au Guatemala, les marchés sont un immanquable. Une effusion de couleurs prend alors d’assaut les rues des villes, provenant des tissus, des objets artisanaux et autres stands de fruits et légumes. C’est au travers de ces marchés que la culture se fait le plus sentir. Tout le savoir-faire et le plus bel artisanat du Guatemala se présentent sur les étals.

Pour aller plus loin dans la découverte de la culture locale, le mieux est d’aller directement à la rencontre des diverses communautés. L’héritage colonial fait de cette destination un territoire aux multiples visages. Les Q’eqchi ou encore, les Cakchiquel n’incarnent qu’une partie des différentes ethnies du pays. Aller à la rencontre de ces populations, c’est en apprendre plus sur leurs traditions ancestrales.

Enfin, la culture passe aussi par l’architecture coloniale. Antigua est la ville de référence. Entourée par trois volcans, elle pullule d’églises rénovées, de ruines magnifiques et de ruelles pavées colorées. L’arche de Santa Catalina se révèle être l’image d’Épinal d’Antigua, à l’instar de ses marchés.


Les côtes guatémaltèques, pour une exploration complète du pays


On laisse la ville pour la côte. Ou plutôt, les côtes, puisque le Guatemala s’offre aussi bien à la côte Pacifique qu’à la côte caribéenne, sur une plus petite portion. Les plages de sable noir sont logiquement légion, en raison des terres d’origine volcanique. Les voyageurs ont donc le choix entre les vagues de l’océan Pacifique et la mer des Caraïbes, plus tranquille.

En prenant la direction du Pacifique, les destinations les plus visitées sont Monterrico et El Paredon. Cette région s’adresse particulièrement aux amateurs de sports nautiques, notamment de surf. El Paredon remporte tous les suffrages chez les amoureux de la discipline, aussi bien débutants que confirmés. Quant à Monterrico, ce lieu est souvent décrit comme un petit havre de paix, loin de la jungle urbaine.

La côte caribéenne se dévoile totalement différente. La culture Garifuna donne la sensation d’avoir quitté le Guatemala pour une île des Caraïbes. Ici, on ralentit le rythme, on prend le temps. Livingston se montre être un excellent point d’ancrage, puisqu’il représente parfaitement la culture insulaire. On peut y accéder par le Rio Dulce, l’occasion d’ailleurs de découvrir la faune locale tout en lenteur.



Un voyage au Guatemala, c’est un voyage hors des sentiers battus. Loin de la horde de touristes, les visiteurs sillonnent un pays à la nature encore préservée, à la culture marquée et aux traditions innombrables. Cette destination s’adresse aux amoureux des périples authentiques, à l’écart des circuits touristiques classiques. Un combiné avec le Salvador, à la découverte d’un autre pays méconnu, se révèle idéal pour un premier voyage en Amérique centrale. 


תגובות


bottom of page